Ficam
Rss

1ère Nuit des Industries Techniques de la Création

Cette manifestation se déroulera en présence et sous le haut patronnage de Monsieur Renaud Donnedieu de Vabres, Ministre de la Culture et de la Communication, au Studio 102 de la Maison de Radio France.

Isabelle Giordano sera la maîtresse de cérémonie de cette soirée marquée par une série de présentations, d’évènements et d’animations qui permettront de célébrer comme ils le méritent les inventeurs, les techniciens et les techniques du cinéma.

Il s’agit ainsi pour la FICAM de mettre « en lumière » tout un pan de l’industrie cinématographique et audiovisuelle trop souvent laissé dans « l’ombre » et de défendre ses idées sur la valeur des Industries Techniques de la création, composantes indissociables de la diversité culturelle française.

 (...)

 Les idées défendues par la FICAM

En Europe et dans le monde, le Cinéma français est un modèle par le soutien sélectif à la création dans la production, l’incitation automatique aux réinvestissements et l’ensemble des dispositifs gérés par le CNC.

Avec les auteurs et tous les talents artistiques et techniques réunis autour des œuvres cinématographiques, les industries techniques de production et de post-production garantissent l’indépendance de la création, son intégrité technique et à travers elle l’identité et la diversité culturelle de la France.

Membre de la coalition pour la diversité culturelle formée au sein de l’UNESCO, les Industries Techniques de la Création soutiennent l’exclusion de l’ensemble de l’Industrie Culturelle du cadre de l’OMC et du champ d’application de la réglementation européenne sur la concurrence.

Au moment où la mondialisation, la construction européenne et son ouverture vers l’Est, et les délocalisations se trouvent au cœur de tous les débats, la Ficam a réagi contre ce qui est présenté à tort comme une fatalité économique.

Pour la FICAM, les mesures d’incitation à la relocalisation ne portent pas atteinte aux intérêts des autres cinémas européens. Le cinéma français a bâti depuis des décénies une dynamique de la création et de la production cinématographique dont les professionnels souhaitent assurer la pérenité.

En conséquence, la FICAM soutient le crédit d’impôt cinéma et audiovisuel voté par le Parlement afin d’atténuer les distorsions concurrentielles subies par les producteurs du fait de l’élargissement européen. Après deux ans de mise en œuvre pour le cinéma et un an pour l’audiovisuel ces mesures, associées au dynamisme et à la compétitivité des Industries Techniques, se révèlent d’une formidable efficacité tant au niveau régional que national.

La FICAM peut en effet se féliciter d’avoir inversé la tendance en relocalisant près de la moitié des productions qui envisageaient de quitter l’Hexagone en 2004 et 2005, générant ainsi 150.000 journées de travail supplémentaires, en grande partie parmi les intermittents, à travers près de 300 semaines de tournage en deux ans représentant une trentaine de longs métrages et près de vingt téléfilms.

En tant qu’acteur économique majeur du cinéma français, la FICAM investit également sur l’avenir et participe au renouvellement des talents. La FICAM a ainsi le plaisir d’annoncer la création d’une FONDATION FICAM pour le court-métrage.

 Avec près de 1000 courts-métrages (dont 400 agrées par le CNC), la France fait figure d’ exemple à l’égard du cinéma mondial, assurant ainsi chaque année l’exposition de nouvelles générations d’auteurs, réalisateurs et techniciens. La plupart de ces films bénéficient d’une quasi gratuité des prestations techniques de l’image et du son sans lesquels ils n’existeraient pas. Ce soutien déterminant – évalué à 12M€par an- s’exprime aussi à l’égard des premiers longs-métrages (une soixantaine par an), du cinéma art et essai et de toutes productions expérimentales.

La FICAM tient à souligner l’implication des collectivités locales et en particulier le soutient de la région Ile de France aux Industries Techniques depuis 5 ans, avec la création d’un fond de soutien de 14M€. De très nombreuses régions accompagnent cette dynamique en mobilisant plus de 60M€ en faveur de la localisation des productions cinématographiques et audiovisuelles françaises et étrangères.

La FICAM suggère enfin la mise en place d’un crédit d’impôt destiné aux productions internationales afin de développer l’emploi culturel et l’économie de la filière sur le territoire. Une mesure qui complèterait celle sur l’ouverture des musées et monuments nationaux, souhaitée par le Ministre.

Des infrastructures de tournages fortes et diversifiées -studios, moyens techniques de production…- constituent un préalable indispensable à la localisation durable de la production en France.

Les industries de la post-production sont également indissociables au maintien et à la transmission d’un savoir-faire technique et artistique. Toutes les Industries Techniques au service de la création garantissent la pérennité et le rayonnement de la France dans le Monde.

C’est pour toutes ces raisons que la FICAM a décidé d’organiser cette 1ère Nuit des Industries Techniques de la création : pour rendre hommage aux talents techniques, révéler l’efficacité des mesures adoptées et relever le grand défi de la culture par l’image..

 

 Sur invitation uniquement- non ouvert au public