Ficam
Rss

BAISSE de 15 % de la PRODUCTION DE FICTION TV DE 52’ ET 90’

L’Observatoire « Métiers et Marchés » de la Ficam recense les tournages des films de fiction unitaires et de séries télévisées dont le 1er jour de tournage est constaté et déclaré par ses adhérents durant l’année.

Le volume horaire de la production de fictions TV de 52’ et 90’ baisse de 15% en 2010
411 heures de fictions de 52’ et 90’ ont été tournées en 2010 contre 486 en 2009.

Le volume horaire de la production de fictions TV de 52’ chute de 32% en 2010
Cette chute s’explique par la baisse constante du volume horaire produit des fictions de 52’ depuis le 4e trimestre 2009. Le nombre de semaines de tournage sur ce format est à 382 semaines en 2010 contre 466 en 2009 (-18%). Des séries comme Equipe médicale d’urgence, Empreintes criminelles (France 2), Fortunes (Arte), Engrenages (Canal+) ou Internat (M6) tournées en 2009, ne sont pas compensées en 2010 malgré la mise en tournage de nouvelles séries comme XIII et Borgia (Canal+ - séries tournées à l’étranger, respectivement au Canada et en République Tchèque) ou Les Mystères de l’amour (TMC). Ce constat alarmant pour le volume horaire des 52’ impacte fortement les industries techniques en raison des moyens techniques plus importants qui sont mobilisés pour ces programmes de prime-time.
Le volume horaire produit du 90’ reste relativement stable de même que le nombre de semaines de tournage (651 semaines contre 653 en 2009). Le 26’ voit son volume horaire baisser de 6%, aggravant encore la très forte baisse enregistrée entre 2008 et 2009 (-40%).
Seul le format court (moins de 26’) voit son volume augmenter grâce aux saisons 2 et 3 de Scènes de Ménages et à Vous les femmes (M6).
Au total, sur l’ensemble des formats, nous constatons une baisse du volume horaire de 10% entre 2009 et 2010 et une baisse de 17% sur 2 ans, entre 2008 et 2010.
Cette baisse en volume se conjugue avec une baisse en valeur encore plus forte et très préoccupante pour la filière. En effet, si l’on tient compte des facteurs économiques comme l’allègement de la postproduction, le basculement des tournages sur des solutions HD moins coûteuses, l’internalisation par les producteurs de certains moyens techniques et la baisse des prix, on peut estimer que la baisse de revenu pour les Industries Techniques est de l’ordre de 25 à 40%.

Le nombre de semaines de tournage en baisse de 5% sur l’ensemble de la production de fiction TV
Le nombre de semaines de tournage recule à nouveau, de 1300 semaines en 2009 à 1236 semaines en 2010.Notons ici la parfaite efficacité du Crédit d’impôt audiovisuel qui limite les délocalisations à 4%.

Le volume horaire de M6 baisse de 37% et celui de TF1 de 11%
Nous observons une baisse de 11% du volume horaire de TF1 entre 2009 et 2010 (1er jour de tournage localisé sur l’année). Nous constatons en effet un passage de 148 heures en 2009 à 131 heures en 2010. Cette perte est imputable à l’arrêt de Seconde Chance (26’), qui représentait un volume de 20 heures au 1er semestre 2009, soit la totalité de la perte enregistrée sur l’année 2010.
M6 voit son volume horaire baisser de 37%, les tournages de formats courts étant très présents sur le 1er semestre de l’année, les unitaires de 90’ se concentrant sur le second semestre.
France Télévisions se maintient avec 394 heures en 2010 contre 405 en 2009.

Le support de tournage HD reste majoritaire

La HD reste le format de tournage dominant (64% de l’ensemble des supports de tournage en 2010). Les caméras numériques à grand capteur type RED ou ALEXA (Borgia au 4e trimestre) confirment leur percée en 2010 (de 1% des supports en 2009 à 11% en 2010). Le 35mm est en recul (27% des tournages en 2009 à 21% en 2010) car les quelques projets ambitieux tournés en 35mm 2 Perf. en 2009 (Braquo, Pigalle, Carlos) ne sont pas renouvelés en 2010.

Une baisse de la production de fiction TV amplifiée par la croissance de la postproduction intégrée

La postproduction intégrée chez les producteurs (PPI) représente 48% des heures totales de postproduction en 2010 contre 43% en 2009. Cette situation fragilise encore la filière en s’ajoutant à la baisse des volumes et des valeurs.

Hervé CHATEAUNEUF - Délégué Général (06 18 39 10 11)
Stéphane BEDIN - Responsable Observatoires (01 45 05 72 49)