Ficam
Rss

CP FICAM // BAROMETRE LONG METRAGE // 1ER TRIMESTRE 2018

POUR LA 3ème ANNEE CONSECUTIVE, UN TAUX DE DELOCALISATION HISTORIQUEMENT BAS AUTOUR DE 20% // LE CREDIT D’IMPÔT CINEMA CONFIRME SES EFFETS POSITIFS

Un taux de délocalisation toujours à son plus bas niveau et un bon niveau d’activité…

Le taux de délocalisation est à 21% au 1er trimestre 2018, soit, pour la troisième année consécutive, un taux mesuré à un niveau historiquement bas autour de 20%. Cette tendance se confirme sur les 5 premiers mois de l’année 2018. Ce constat est également valable en année glissante. La production de longs métrages de fiction d’initiative française (hors films d’animation et documentaires) atteint le niveau de 41 projets mis en production, en hausse de 14% comparé au 1er trimestre 2017. Dans le même temps, le nombre total de semaines de tournage atteint le niveau de 279 semaines, en baisse de 3% sur la période, ce qui témoigne de la contraction de la durée de tournage par film. Le nombre de semaines de tournage à l’étranger augmente de 7%, mais reste à un niveau relativement faible, sous la barre des 60 semaines. Le nombre de semaines de tournage en France baisse de 6% mais garde malgré tout un bon niveau, supérieur à la moyenne des années précédentes. Les mesures incitatives mises en place depuis le 1erjanvier 2016 prouvent ainsi leur efficacité et démontrent la nécessité de les pérenniser, en particulier pour favoriser l’emploi du secteur. A ce titre, la FICAM tient à saluer les déclarations du Président de la République Emmanuel Macron aux professionnels le 26 avril dernier, soulignant l’importante attractivité de la France et « le succès des crédits d’impôt » qu’il est nécessaire de « conforter et de continuer à accompagner ».

… mais les montants investis sont en baisse

Cependant, les budgets des films baissent de 19% entre 2017 et 2018. Ainsi, même s’ils restent à un niveau acceptable supérieur à 200 M€ sur un trimestre, nous constatons leur érosion constante depuis le pic de 2015 (perte de 84 M€ en 4 ans). Nous avons 3 films supérieurs à 10 M€ (aucun à plus de 20 M€) soit le plus faible total sur cette tranche depuis 2014. Les films compris entre 2 et 4 M€, au nombre de 14, obtiennent quant à eux leur meilleur total de la décennie sur un 1er trimestre. Les postes techniques représentent 9% des investissements au 1er trimestre 2018, contre 11,3% au 1er trimestre 2017, ce qui témoigne de la forte pression subie par les prestataires et en premier lieu par les acteurs de la post-production, en bout de chaîne de fabrication.

Contacts : Jean-Yves Mirski (Délégué Général) // Jean-Yves.mirski@ficam.fr

Stéphane Bedin (Délégué Général Adjoint en charge des Observatoires) // stephane.bedin@ficam.fr