Ficam
Rss

CP FICAM // BAROMETRE LONG METRAGE // T1 2017

HISTORIQUE : AVEC UN TAUX DE DELOCALISATION SOUS LA BARRE DES 20%, LE CREDIT D’IMPÔT CINEMA CONFIRME SES EFFETS POSITIFS

Un taux de délocalisation historiquement bas Le taux de délocalisation est mesuré à 19% au 1er trimestre 2017, passant sous la barre symbolique des 20% pour la première fois depuis 10 ans. Cette tendance se confirme sur les 5 premiers mois de l’année 2017 avec un taux de délocalisation à 17% contre 25% en 2016. Le nombre total de semaines de tournage atteint le niveau de 289 semaines, en baisse de 16% sur la période, conséquence directe de la chute du nombre de semaines de tournage à l’étranger, qui baisse de quasiment 30% entre le 1er trimestre 2016 et le 1er trimestre 2017. Le nombre de semaines de tournage à l’étranger atteint ainsi son plus bas niveau de la décennie (avec 2014), pour les films d’initiative française. Par ce constat, les mesures incitatives mises en place depuis le 1er janvier 2016 prouvent leur efficacité et démontrent la nécessité de les pérenniser, en particulier pour favoriser l’emploi du secteur.

Des prestations Effets visuels (VFX) de retour en France Par ailleurs, nous pouvons noter sur ce 1er trimestre le très faible taux de délocalisation des Effets visuels, témoignant du retour en force des prestations VFX en France, notamment sur quelques films aux budgets importants (Spirou et Fantasio d’Alexandre Coffre, Belle et Sébastien pour la vie de Clovis Cornillac, Dans la brume de Daniel Roby ou encore Gaston Lagaffe de Pierre Martin-Laval). Cette tendance semble se confirmer sur les 5 premiers mois de l’année. Les montants investis en France dans ces prestations VFX sont estimés à 5,5 M€, soit le double du montant constaté au 1er trimestre 2016. Ces résultats s’inscrivent dans un environnement économique favorable, symbolisé par l’annonce du « Plan Effets visuels » par le CNC en début d’année 2017 et laissent présager un impact fort sur l’emploi grâce à ces métiers à forte intensité de main d’œuvre, qui sont la caractéristique de notre secteur. La prochaine réforme de l’Agrément devra, sans aucun doute, participer au renforcement de l’ensemble de ces mesures prises en faveur du maintien en France de nos savoir-faire et de nos talents.

La Production cinéma conserve un bon niveau d’activité Les montants investis dans les longs métrages de fiction d’initiative française baissent de 14% en le 1er trimestre 2016 (hors Valérian) et le 1er trimestre 2017, mais gardent un bon niveau, supérieur à 200 M€ sur un trimestre, ce qui est le cas depuis 2015.

Contacts  : Jean-Yves Mirski (Délégué Général) // Tél. 06 17 01 14 03 Stéphane Bedin (Délégué Général Adjoint en charge des Observatoires) // Tél. 06 83 15 40 45