Ficam
Rss

PROGRESSION DE l’INVESTISSEMENT DANS LA PRODUCTION MALGRE UNE BAISSE DU NOMBRE DE LONGS METRAGES AU 1er SEMESTRE

COMMUNIQUE DE PRESSE Vendredi 1er juillet 2011- L’Observatoire « Métiers et Marchés » de la Ficam recense auprès des Industries techniques du cinéma les productions de films de long métrage (FIF) dont le premier jour de tournage est situé entre le 1er janvier et le 30 juin de l’année civile. Des différences peuvent apparaître avec les données officielles du CNC qui prennent en compte les films ayant obtenu leur Agrément de Production ou des Investissements dans chaque année civile.

Le nombre de Longs métrages en baisse de 16%

81 Films de Longs métrages d’initiative française ont été tournés au 1er semestre 2011 contre 97 en 2010 et 82 en 2009, dont 70 films de fiction, 8 documentaires et 3 films d’animation.
Cette baisse est totalement imputable aux films dont le budget est compris entre 2 et 7 M € (-37%), témoignant d’une fragilisation des films indépendants.

Le nombre de semaines de tournage en baisse de 6%

Les 70 Longs métrages de fiction ont généré 572 semaines de tournage au 1er semestre 2011 contre 608 au 1er semestre 2010, soit une baisse de 6%. Cependant, l’investissement en production rapporté en semaine de tournage progresse de 20 % à 765 000 euros.

Les Investissements estimés en Longs métrages de fiction (hors animation et documentaire) en hausse de 13% au 1er semestre 2011

Selon les estimations budgétaires directement recueillies par les Prestataires techniques auprès des Producteurs, les investissements passeraient de 386 millions d’euros au 1er semestre 2010 à 438 millions au 1er semestre 2011, soit une hausse de 13% pour les seuls longs métrages de fiction. Cette augmentation est due à l’importance du budget d’Astérix chez les bretons au 2e trimestre 2011.
La délocalisation des FIF s’aggrave, passant de 24% à 27% entre 2010 et 2011 Le taux de délocalisation (en nombre de semaines) des films de plus de 10 millions d’euros s’élève à 38,5% au 1er semestre 2011. Face à la concurrence des autres incitations européennes, la confirmation de cette tendance inquiétante à la délocalisation des films à gros budgets est un manque à gagner certain pour les industries techniques.

POUR LA PREMIERE FOIS DANS L’HISTOIRE DU CINEMA, LA PRISE DE VUES NUMERIQUE DEVIENT MAJORITAIRE

Le support de tournage film 35mm passe à 41% de films d’initiatives françaises (FIF) de fiction tournés sur ce support au 1er semestre 2011 contre 59% au 1er semestre 2010, laissant une large place aux caméras numériques grand capteur, dont la percée s’est concentrée sur les 12 derniers mois, et qui sont désormais utilisées sur 50% des projets au 1er semestre 2011 (17% au 1er semestre 2010).

Hervé CHATEAUNEUF
Délégué Général (06 18 39 10 11)

Stéphane BEDIN
Responsable Observatoires (01 45 05 72 49)